QUILLES PLAISANCE: Guide des loisirs nautiques en mer :
Get Adobe Flash player

 

D’après la brochure du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie ( édition 2015 ) 

 

Avant de partir, vérifiez :

1 ) La météo :

Consultez toujours les prévisions météo locales avant d’effectuer votre sortie en mer : le vent et les conditions de navigation ou de baignade peuvent évoluer très rapidement! surtout en Méditerranée……

Météo France sur www.meteofrance.com et au 32 50 ou 0 899 7102 + les 2 chiffres de votre département.

Voir aussi affichage au bureau du port.

2 ) Les zones de navigation :

Renseignez-vous sur les zones de navigation de votre lieu de promenade ou de pêche, et leurs caractéristiques : courant, chenaux, côtes dangereuses, rochers, réserves naturelles, zones de cultures marines, etc…

Ces informations peuvent être consultées à la Capitainerie, le bureau du port, les postes de secours, les affichages de plage et les documentations nautiques.

3 ) Votre matériel :

Veillez à ce que tout votre matériel de sécurité soit en bon état et adapté à votre activité nautique. Un équipement individuel de flottabilité par personne doit être embarqué sur les bateaux ; il doit être porté pour les autres embarcations.

Voir notre article : Réglementations.

4 ) Vos connaissances :

Revoyez régulièrement votre niveau de compétences, prenez connaissance des règlementations générales ( et leur mise à jour ) ou locales ( arrêtés des préfets maritimes ) ainsi que des consignes ou conseils de vos associations de pêche ou de plaisance.

 

Croisière côtière :

Soyez responsable ( quelques rappels utiles ) :

– Chef de bord, identifiez-vous clairement. Vous avez autorité sur votre équipage, famille ou amis.

– Vérifiez votre matériel de sécurité et assurez-vous que votre équipage en connaît l’usage et le localise dans votre navire.

– Assurez-vous que l’équipage est en mesure de faire un appel simple par la radio VHF.

– Informez l’équipage des risques majeurs sur le navire et des réflexes à avoir en cas de :

– voie d’eau ( dont les causes peuvent être une vanne de coque défectueuse, un problème au niveau de l’arbre d’hélice, un échouement, etc…. )

– incendie ( localisation, type et usage des extincteurs appropriés )

– homme à la mer ( repérage et diffusion de l’alerte )

– Avant l’appareillage, définissez les règles quant au port de l’équipement individuel de flottabilité ( EIF ). En tout état de cause, son port est vivement recommandé dans les conditions suivantes : météo forcissant, navigation sous spi, navigation de nuit.

– Partez toujours avec le plein de carburant et une prévision de près de 30% de la capacité de votre réservoir, à disposition.

– Vous devez détenir à bord certains documents essentiels pour tout marin :

  • une carte marine, à jour, pour vous situer.
  • le Règlement International pour Prévenir les Abordages en Mer ( RIPAM ).
  • un document décrivant le balisage de jour et de nuit ( essentiel pour éviter l’échouement ).

– Propriétaires, si vous n’êtes pas le chef de bord, vérifiez régulièrement l’état de votre navire et de ses équipements.

Naviguez avec prudence :

– Assurez une veille météo. Tenez-vous constamment informé des évolutions météo. Le canal 16 de la VHF doit être suivi, car il annonce l’émission imminente, par le CROSS, d’un bulletin météo sur les canaux 79 et 80 . Les canaux 63 et 64 diffusent un bulletin météo côtier permanent ( cycle de 6 à 15 mn ) dans le Morbihan, la Charente-Maritime et la Méditerranée hors Corse.

– Gardez la distance de sécurité en présence de plongeurs signalés par des pavillons.

– Maîtrisez votre vitesse.

 

Sports de glisse :

– Etudiez le plan d’eau et assurez-vous auprès des autres pratiquants et des clubs, que votre niveau correspond à la difficulté technique du site.

– Le froid est l’un des dangers de ces activités, pensez à porter une combinaison adaptée.

– N’oubliez pas d’informer votre entourage avant toute session.

– Lorsqu’ils existent, empruntez les chenaux balisés dédiés à votre activité afin de ne pas gêner les autres usagers de la mer.

 

1 ) Surf et Bodyboard :

– Renseignez-vous sur les zones réservées à cette pratique, souvent signalées par des fanions. Il est interdit de surfer dans la zone réservée à la baignade.

– Avant de vous élancer, choisissez un repère visuel sur la plage ( drapeau, bâtiment,…) et partez toujours de ce point, afin de ne pas dériver vers une zone à risque.

– Attachez toujours votre cordon de sécurité ( leash ) à la cheville.

– Face à un autre surfeur qui s’élance : signalez-vous, ne lâchez pas votre planche et progressez en sens inverse du déferlement.

– Fédération Française de Surf : www.surfingfrance.com

 

2 ) Kitesurf :

– Avant de sortir, apprenez avec des moniteurs diplômés le maniement du gréement et le décollage de l’aile à terre.

– Consultez la météo et ne sortez jamais par vent de terre.

– Soyez équipé d’un système de sécurité sur chaque barre de contrôle ( pour réduire la pression de l’aile, sans la perdre ), d’un cordon de sécurité, d’une combinaison isotherme, d’un casque, d’un équipement individuel de flottabilité et d’un moyen de repérage lumineux.

– Votre zone de pratique se situe au-delà de 300 mètres du rivage et jusqu’à 2 milles ( 3 704 mètres ) d’un abri.

– En cas de difficulténe quittez pas votre flotteur et attendez les secours.

– Prévenez le CROSS, si votre voile part à la dérive en mer, de façon à éviter des recherches inutiles et coûteuses.

– Fédération Française de Vol Libre : www.ffvl.fr

 

3 ) Planche à voile :

– Votre zone de pratique se situe au-delà de 300 mètres du rivage.

– Empruntez les chenaux balisés pour y accéder. Ne vous éloignez pas à plus de 2 milles ( 3 704 mètres ) d’un abri.

– Si vous débutez, ne sortez pas par vent de terre.

– Portez un équipement individuel de flottabilité.

– En cas de danger, n’abandonnez pas votre planche.

– Pour être vu, munissez-vous d’équipements facilitant le repérage ( moyen lumineux ).

– Fédération Française de Voile : www.ffvoile.org

 

4 ) Canoë – kayak :

– Votre zone d’évolution se situe :

  • jusqu’à 300 mètres d’un abri.
  • jusqu’à 2 milles d’un abri, si votre embarcation est homologuée à cet effet. Renseignez-vous auprès de votre constructeur ou de votre revendeur ( voir aussi la fiche technique )

– Soyez équipé de votre matériel de sécurité au delà de 300 mètres.

– Fédération Française de Canoë-kayak : www.ffck.org

 

Sports motorisés : ( scooter, ski nautique, motonautisme )

– Lorsqu’ils existent, empruntez les cheneaux balisés dédiés à votre activité, afin de ne pas gêner les autres usagers de la mer.

– Le port de l’aide à la flottabilité est obligatoire en ski nautique et véhicules nautiques à moteur ( scooters de mer).

– Le pilote de tout engin à moteur de plus de 6 CV doit être en possession d’un titre de conduite, y compris pour les scooters. Il existe le permis plaisance option côtière pour la navigation jusqu’à 6 milles d’un abri, et le permis plaisance extension hauturière au-delà de 6 milles d’un abri.

– Assurez-vous du bon fonctionnement du dispositif de sécurité automatique en cas de chute.

– Les véhicules nautiques à moteur d’au minimum 2 places peuvent naviguer jusqu’à 6 milles d’un abri, les autres restent limités à 2 milles.

– Pour le ski nautique et les activités similaires ( bouées tractées, parachutes ascensionnels, wakeboard…) deux personnes doivent être à bord : un pilote et une personne qui surveille le skieur ou la personne tractée.

– Fédération Française Motonautique : www.ffmotonautique.com

– Fédération Française de Ski Nautique et de wakeboard : www.ffsnw.fr

 

RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT :

1 ) Prévenir les pollutions :

– En mer comme sur terre, les déchets et les substances polluantes peuvent nuire à la vie de nombreuses espèces, y compris l’être humain. Lorsque vous pratiquez votre activité sur le littoral ou en mer, adoptez les bons reflexes.

  • Utilisez des sacs lourds ou des paniers pour transporter vos affaires, car un sac trop léger risque de s’envoler.
  • Soyez attentif à tous les objets légers que le vent pourrait entraîner dans l’eau, comme les sacs ou les bouteilles et autres récipients en plastique.
  • Utilisez un cendrier de poche pour ne pas jeter de mégots par-dessus bord, ils mettent du temps à se décomposer, contiennent diverses substances polluantes ou nocives pour la santé des animaux qui sont susceptibles de les avaler.
  • N’abandonnez pas de déchets lors de vos pauses, ne jetez pas de déchets dans l’eau.
  • Ramassez sur le littoral et dans l’eau les sacs plastiques qui sont un véritable fléau dans les mers et les océans. Les plastiques accumulent les polluants présents dans l’eau ( PCB, phénols, pesticides…). Entiers ou fragmentés, ils sont ingérés par des animaux marins ( poissons, tortues, oiseaux…) qui les confondent avec leur alimentation.

2 ) Respecter la faune et la flore :

– Respectez le milieu naturel afin de ne pas dégrader des zones sensibles, les lieux de nidification et de reproduction de la faune locale. Rendez-vous dans les maisons de la nature, conservatoires du littoral, maisons des parcs, offices de tourisme, capitaineries, afin de découvrir et mieux connaître les richesses naturelles du site dans lequel vous évoluez.

Navigation :

  • Evitez le dérangement des espèces de la flore et de la faune terrestres et marines présentes sur le site.
  • Evitez de pratiquer des activités motorisées occasionnant bruit et émissions polluantes pouvant porter atteinte à la faune et à la flore.
  • Naviguez à distance des espèces protégées, notamment les mamifères marins ( cétacés, phoques…) les tortues marines ou les oiseaux marins, afin de ne pas les perturber. Ne les poursuivez pas pour mieux les voir, ne coupez pas leur trajectoire. Préférez les observer à distance. En aucun cas vous ne devez tenter de les toucher.
  • Participez à la protection des habitats des espèces fragiles en limitant les débarquements dans les zones protégées, les zones de nidification ou les zones de nurserie.

Mouillage :

  • Choisissez soigneusement votre zone de mouillage, surtout lorsque certaines espèces sont en train de se nourrir, de couver, ou lorsqu’il y a des petits.
  • Vérifiez que le mouillage choisi ne se trouve pas dans une zone protégée.
  • Mouillez en priorité sur le sable afin de préserver les herbiers de posidonies ou de zostères.
  • Soyez vigilant lorsque vous mouillez l’ancre et évitez de la traîner sur le fond : de nombreuses espèces vulnérables vivent et se reproduisent au fond de l’eau.
  • Privilégiez l’amarrage à un corps mort plutôt que le mouillage sauvage, quand cela est possible.
  • Limitez la propagation des espèces invasives en rinçant l’ancre à sa remontée sur le pont.

 3 ) Pratiquer une pêche durable :

– Si vous êtes amateur de pêche récréative en mer, que ce soit de la pêche embarquée, à pied, du bord ou sous-marine, vous pouvez désormais déclarer votre activité en ligne, avant d’aller pratiquer votre loisir favori. Vous contribuerez ainsi à l’amélioration de la connaissance sur les pratiques de pêche et sur la ressource.

– Déclarez-vous sur le site : www.developpement-durable.gouv.fr, rubrique Mer et Littoral >Plaisance et loisirs nautiques>Pêche maritime de loisir>Déclarez, pêchez…

  • Respectez les tailles de capture minimales car, en pêchant des poissons en-dessous des tailles autorisées, vous empêchez le renouvellement naturel des espèces et réduisez ainsi les ressources.
  • N’utilisez que les engins autorisés.
  • Ne pêchez que ce qui est nécessaire à votre consommation familiale et immédiate.
  • Respectez les interdictions de capture de pêche ou de ramassage des espèces protégées.
  • Respectez les zones et les périodes de fermeture et d’ouverture ou d’interdiction.
  • Afin d’éviter la vente illégale certaines espèces doivent être « marquées » en coupant la partie inférieure de la nageoire caudale, et ce quel que soit le type de pêche de loisir pratiqué ( à pied, du bord, sous-marine ou embarquée ).

 

Entretenir son bateau dans le respect de l’environnement :

  • Equipez de préférence votre bateau de cuves à eaux noires et évitez d’utiliser vos toilettes marines au mouillage près des côtes.
  • Vidangez vos cuves d’eaux usées dans les emplacements prévus à cet effet dans les ports qui proposent des systèmes de vidange.
  • Remplissez prudemment le réservoir de carburant pour ne pas répandre d’hydrocarbures dans l’eau. Si vous en renversez sur le pont, n’utilisez jamais de détergent nocif à la vie aquatique.
  • Privilégiez le lavage à l’eau claire pour vos embarcations et bannissez les produits toxiques pour l’environnement. En cas de nécessité d’utilisation d’un produit d’entretien, choisissez un produit biodégradable et bannissez ceux qui contiennent du chlore.
  • Effectuez obligatoirement vos carénages sur des aires prévues pour la récupération des eaux de lavage afin d’éviter leur dispersion dans le milieu.
  • Préférez le nettoyage mécanique des coques de bateaux ( décapage manuel, sablage…) plutôt que l’application de peintures antisalissures ayant un impact sur l’environnement. Si vous devez utiliser ces peintures, respectez les doses d’application et les recommandations présentes sur l’étiquette et/ou la notice des produits, et veillez à limiter les rejets dans le milieu.
  • Utilisez des moteurs marqués      dont les normes garantissent le respect de l’environnement en émissions sonores et gazeuses.
Flash Info
Archives
Catégories
  • Aucune catégorie